Resident Evil 5 en coop

Publié le par Aralas

20091119 resident evil 5 ps3 cover

 

 

 

Resident Evil, ou Biohazard au Japon, doit être une des franchises les plus connues de l'univers des jeux vidéo. Cette série est née sur Playstation première du nom et s'est rapidement forgé un nom dans l'univers du « Survival-Horror », encore très peu représenté à cette époque. Après avoir connu de nombreux épisodes sur différents supports sans apporter, il faut bien l'avouer, de vraies innovations en terme de gameplay, Resident Evil 4, est sorti dans un premier temps sur Gamecube et a complètement transformé cette série vers un jeu plus orienté action, et même si certains fans n'ont pas aimé ce changement, il est vrai que RE4 était à l'époque une réelle petite merveille.

Quelques années plus tard, est sorti Resident Evil 5, sur les consoles new-gen, Playstation 3 et Xbox 360. Grâce au site Topachat, nous avons pu le tester sur Playstation 3. La particularité de ce jeu PS3 vient du fait que nous l'avons testé en totale coopération en écran splitté.

 

Resident Evil 5 fait logiquement suite au 4ème épisode mais comme c'est le cas en général dans la série, on change de héros et de lieu d'action. Nous retrouvons Chris Redfield, un des héros du 1er épisode, accompagné de Sheva Alomar, nouvelle venue dans la série. Adieu le petit village espagnol de l'épisode précédent et bienvenu en Afrique. Chris est là pour enquêter sur la vente d'armes biologiques et il est accompagné de Sheva qui connaît bien le terrain. Mais ils vont vite se faire attaquer par la population, en proie à un virus qui ressemble à celui détecté par Leon Kenedy quelques années plus tôt en Espagne. Et bien évidemment les choses vont par la suite s'accélérer avec la présence d'un vieil ennemi ou des révélations sur la mort de Jill, ancienne partenaire de Chris.

 

RE continue sur la lancée du volet précédent en laissant la place à l'action. Autant être clair tout de suite, vous n'aurez plus peur comme avant. En plus de quelques changements au niveau du déplacement du personnage, comme le fait de pouvoir faire des pas chassés, c'est surtout le mode coopératif qui démarque cet épisode. Vous ferez toute l'aventure avec un 2ème personnage à vos côtés, en l'occurrence Sheva. Qu'elle soit dirigée par l'ordinateur, un 2ème joueur à  vos côtés ou par  internet, vous serez toujours ensemble, pour le meilleur... et parfois pour le pire. Il y avait déjà eu un système de coopération dans Resident Evil 0 sur Gamecube mais étrangement il n'y avait pas la possibilité de jouer avec une 2ème personne.

Nous allons donc maintenant donner chacun notre avis sur ce jeu.

Avis d’Aralas:


Même si je n'ai jamais acheté Resident Evil 4, j'y ai joué de nombreuses fois et le jeu m'a laissé un très bon souvenir. On y jouait à 2 et on s'était justement dit qu'un mode multi serait très sympa. Quelques années plus tard j'apprenais la sortie de RE5. Quand les premières images arrivèrent,  je ne sus pas trop quoi penser de ce jeu mais le fait que Capcom sorte de très nombreuses images, voire même des vidéos, m'a un peu inquiété. Puis quand le jeu est sorti les avis avaient l'air en demi teinte. Mais le fait de jouer en coopération m'a quand même semblé une bonne idée. Bref, maintenant que j'y ai pu jouer, j'ai réussi à me faire mon propre avis et autant être direct, si vous cherchez un bon jeu d'action en coopération, ce jeu est pour vous.

 

Commençons par les graphismes. Techniquement je ne vois pas trop ce qu'on peut reprocher au jeu, ça flatte la rétine, les animations sont vraiment bonnes, les visages assez réussis... Après, artistiquement, certains décors m'ont moins plu, même si j'ai adoré ceux de la première partie dans le village ou quelques autres. Mais certains m'ont semblé trop futuristes et trop propres, ce qui ne colle pas trop à la série selon moi. J'ai aussi un peu de mal avec les transformations des infectés avec des tentacules toutes baveuses, surtout quand ce sont des boss.

 

Les plus gros problèmes viennent du gameplay. Même si des améliorations ont été faites par rapport à RE4, le système est encore trop vieux. Impossibilité de tirer en bougeant,  et de ne plus pouvoir bouger en rechargeant...  Cela ne rend pas le jeu injouable bien sûr mais cela reste très frustrant dans certaines situations, par exemple recharger sans s'y attendre devant un ennemi qui peut vous tuer d'un seul coup ou se faire submerger par des infectés car vous ne pouvez pas tirer en reculant. D'autres problèmes viennent de la gestion de l'inventaire. Chacun des 2 personnages dispose de son propre inventaire mais contrairement à RE4, il est impossible d'en agrandir la capacité. De même pour mon camarade, impossibilité de pouvoir acheter lui même ses armes ou de les améliorer, sans parler du fait que nous n'avons pas trouvé le moyen d'acheter des munitions, et de donner un nombre précis de munitions à son co-équipier ; soit vous donnez tout, soit rien. A côté de ces problèmes, la visée du personnage reste tout de même agréable et on peut trouver de bonnes idées de gameplay comme le fait de pouvoir aider son partenaire gravement blessé ou prêt à se faire attraper par un ennemi. En parlant de votre partenaire, il faut souligner qu'une simple pression d'une touche permet de le localiser, ce qui peut s'avérer très pratique dans les moments où vous êtes séparés. Un gameplay donc en demi teinte, qui accuse de nombreux défauts du fait d'une non évolution. Selon moi, Capcom n'a pas voulu changer le gameplay de RE4, qui était peut être très bon à l'époque mais qui a vieilli. RE5 reprend le défaut récurent de la série :  ne pas vouloir faire évoluer sa façon de jouer quand elle a fait ses preuves. En espérant que RE6 corrige les défauts de son aîné.

 

Car quand on regarde les autres facettes du jeu, celui-ci n'est vraiment que plombé par sa jouabilité. La durée de vie est plutôt bonne, il nous aura fallu 2 jours bien chargés pour faire le tour du mode histoire, en sachant que le titre, comme le 4ème épisode, dispose d'une bonne rejouabilité pour avoir toutes les figurines, armes et autres bonus., sans compter le mode mercenaire toujours présent et jouable évidemment à 2. La bande son est de qualité même si elle n’est pas exceptionnelle. Quant au scénario, la série n'a jamais vraiment misé sur une histoire très recherchée mais surtout sur une ambiance. Ce dernier se révèle donc un peut décevant, avec des rebondissements assez prévisibles.

 

Pour moi, RE5 est donc un très bon jeu d'action en coopération qui souffre malheureusement d'importants soucis de gameplay mais qui reste vraiment très fun à 2. Mais si on doit jouer tout seul je ne pense pas que le titre atteigne la qualité du 4, certains passages étant tellement inspirés de son grand frère mais sans en avoir la saveur de la découverte et assez mal mis en scène avec des boss plutôt quelconques. Mais quand on a un pote à côté de soi c'est une tout autre histoire.


L’avis de Metaljet :

Quand j’ai appris par Aralas que nous allions jouer à un jeu se déroulant en Afrique, j’ai tout de suite imaginé explorer des savanes pour prendre des animaux en photo mais  en découvrant le titre du jeu, j’ai vu tout cela s’envoler…
En tant que joueur numéro 2, je dirigeais la séduisante Sheva Alomar, membre de la branche Africaine de la B.S.A.A qu’elle rejoignit afin de lutter contre la société Umbrella, responsable de la mort de ses parents.



Game play :


Le game play est à mon sens le gros point noir du jeu. Autant la prise en main est assez simple : on court, on change d’armes avec les flèches ou en utilisant l’inventaire avec triangle, autant les phases de tir sont vraiment « chiantes ». Je m’explique : lorsque vous voulez tirer sur un zombi, votre personnage s’immobilise et vous êtes obligé d’arrêter de viser pour pouvoir bouger. Bon, rien de plus normal me diriez-vous, mais cependant, le gros problème est que lorsque vous n’avez plus de balles et que vous ne vous en êtes pas aperçu, le personnage va prendre tout son temps pour recharger ( d’accord j’exagère), ce qui peut vous être fatal, surtout si vous êtes entouré d’infectés.

Autre souci, c’est l’utilisation de la machette qui n’est absolument pas précise (d’ailleurs c’est « dégueulasse », Chris en a une plus grosse !) et vous fera souvent frapper dans le vide.
Enfin la dernière remarque négative que je pourrais signaler concerne l’inventaire. Celui-ci ne comporte que 9 slots, se remplit assez vite et il est impossible de l’agrandir contrairement au 4ème, ce qui peut poser d’énormes problèmes si vous êtes face à une bonne arme et que votre inventaire contient des trucs intéressants. Par contre le point positif, c’est que chaque item représente 1 bloc de votre inventaire et vous n’aurez plus besoin de réorganiser celui-ci pour prendre un objet.

Après chaque fin de niveau, vous avez la possibilité d’acheter des armes ou de la vie,  afin de vous ravitailler(le « Welcome Stranger » nous manque un peu d’ailleurs). Cependant, vous ne pourrez en aucun cas acheter des munitions pour vos armes ce qui vous causera pas mal de soucis si vous étiez à court de munition dans la partie précédente. Il vous faudra alors vous armer (c’est le cas de le dire) de beaucoup de courage pour vous aventurer dans le niveau, poursuivi par des «zombies ».

Comme beaucoup de jeux maintenant, et ce depuis 2001 avec le Shenmue premier du nom, vous aurez le droit à des scènes de QTE (Quick Time Event) où vous devrez appuyer sur les bonnes touches afin de ne pas mourir. Ces scènes viendront aussi bien s’implanter en cours du jeu (éviter de recevoir un projectile par exemple) que lors d’un boss. D’ailleurs il vous faudra provoquer vous-même certaines de ces scènes qui ne seront pas toujours explicites (n’est-ce pas Partner?). Bref rien de bien innovant mais c’est efficace et cela vous évite au moins de faire face  à de grosses créatures.
Le game play est d’ailleurs à moitié « pompé » de Gears Of War. On retrouve tout, même le bruit très discret des pas, sauf l’essentiel : se mettre à couvert. D’accord, il est vrai que lors de certaines scènes du jeu, on a la possibilité de se cacher derrière un mur mais c’est très rare et je pense qu’il aurait été essentiel pour la survie de l’équipe.

Je ne saurais dire si c’est une bonne chose ou non mais une musique vous avertira lorsque des infectés seront dans les parages. Cela permet au moins d’être averti mais d’un autre côté vous serez moins surpris de voir surgir une créature.

Graphisme :

Soyons franc, le jeu est vraiment très joli, l’expression sur les visages des personnages bien retranscrite (aussi bien des humains que des infectés) mais ce qui ne m’a pas marqué, et je pense que c’est vraiment essentiel pour un jeu, ce sont les décors. Tout comme Aralas, j’ai un peu de mal quant au design de certains infectés qui s’inspire un peu de certaines créatures de Kentaro Miura et de son manga Berserk. Ils ont beau faire des attaques impressionnantes mais ne ressemblent à rien ; au moins aurais-je enfin compris l’expression du « délit de sale gueule »…
Dans un premier temps, les décors font ressortir le côté africain du jeu avec des villages, la faune et la flore. Puis dans un second temps, des décors industriels futuristes où l’on s’est parfois posé la question de savoir si on ne jouait pas à un autre jeu (PN03 de Capcom en l’occurrence).

Conclusion :

Resident Evil est passé encore une fois du survival horror qui nous mettait dans une situation plutôt angoissante à un simple jeu d’action comme on en a tant vu depuis plusieurs années. Rien de bien innovant donc si ce n’est le mode coopération à deux joueurs. Cependant, le jeu permet de développer chez l’être humain un sentiment de partage et d’entraide dans un jeu qui n’est pas pour me déplaire.
Resident Evil 5 reste un bon jeu pour ceux qui ont envie de connaître la suite des protagonistes de Racoon City ou pour les fans d’action mais ne surprend pas vraiment.
Il était cependant intéressant et amusant de tester ce jeu à deux.


Bonus 1 : Aralas tuait toujours le plus d’infectés.
Bonus 2 : Metaljet faisait office d’un très bon appât humain. 
Bonus 3: lors du dernier boss, Aralas et moi avons mis presqu’une heure pour comprendre qu’il fallait provoquer un QTE pour battre le boss ; vu que l’on n’avait plus de munitions, on a survécu au boss avec seulement notre couteau/machette.




Publié dans Jeux Vidéos

Commenter cet article